Info M 1 - L'Italie de la Marionnette c'est quelque chose!

27/02/2014

Info M… 1

L’Italie de la marionnette c’est quelques chose!

Info M qu’est ce que c’est? C’est le énième instrument d’information de la marionnette que s’invente un ami de la marionnette, et c’est simplement moi : Albert Bagno qui s’amuse, s’obstine à parler et écrire de marionnette ?
Il y a de très nombreuses années j’avais publié « AB info » qui était un petit journal où je mélangeait aussi bien mon regard sur la marionnette que ce que je venais de savoir sur la marionnette, car AB pouvait et peut-être aussi bien l’abréviation de « Animazione Burattini, ce qui veut dire Animation Marionnette à gaine en Italie, pays où est rédigé ce petit bulletin, que celle de mon nom AB = Albert Bagno.
Voilà qu’aujourd’hui je me lance dans une nouvelle opération qui a toujours comme objectif d’informer sur la marionnette en faisant une promenade suggestive dans ce monde de plus en plus complexe et articulé.

Comme toujours chez moi, je parle de coups de cœur totalement arbitraires qui partent de l’émotion et de l’urgence de dire une joie, la joie de ce qui compose le merveilleux monde de la marionnette ; en ayant toujours comme point de départ la phrase de la professeur Olenka Darkowska : « La marionnette ce n’est pas que du théâtre ».
« Info M » est donc une balade sans aucune règles, sauf celles du coup de cœur et de l’urgence de dire une joie. Chaque numéro sera thématique et donc, d’une certaine façon, il offrira un regard non pas sur un seul événement, à chaque fois différent, mais sur ce qui pourrait être un phénomène intéressant à prendre en considération et éventuellement à approfondir par d’autres instrument.

J’incorpore « Info M » sur mon journal : « Marionnettes » qui est hébergé sur la plateforme culturelle web Nautilaus que vous trouvez à l’adresse www.nautilaus.com et pour arriver jusqu’à mes écrits vous ajouter /marionnettes, ce qui vous donne : www.nautilaus.com/marionnettes.

Une autre particularité de « Info M » est que dans la mesure du possible il est rédigé dans mes deux langues, ou mieux, mais deux cultures la française et l’italienne (que j’adore et massacre toujours aussi bien – l’importnat étant de ne pas s’assoir sur l’information). « Info M » s’inscrit dans la même ligne de « Marionnettes » qui est celle de permettre un échange permanant à ceux qui aiment la marionnette et qui sont de ces deux pays « cousins » qui s’ignorent cordialement.

Dans ce premier numéro de Info 1, voici une brève information sur la situation des marionnettes et des marionnettistes en Italie, il a pour titre :

L’Italie de la marionnette c’est quelques chose!

Si vous demandez à un italien ce qui ce passe dans son pays au niveau de la marionnette et bien probablement il vous dira simplement : « Rien ! », et pourtant si il y a un pays où la marionnette a une histoire très ancienne c’est bien l’Italie ! On peut même considérer qu’il est l’un des lieu fondamentaux de cet art. de 1600 à la première guerre mondiale la marionnette a eu une activité plus que débordante. Puis arriva des hauts en beaucoup de bas. Il faudra attendre la fin des années 1970 pour assister à un renouveau très intéressant, même si le poids de la tradition populaire a risquer d’étrangler la créativité.
En Italie il y a aujourd’hui plus d’une centaine de compagnies professionnelles de la marionnette.
Les compagnies amateurs sont très peu et très difficile à identifier conte tenu des conditions légales italiennes. Il existe un secteur très développé de l’utilisation de la marionnette en pédagogie, quand au secteur thérapeutique il a vu le jour dans les années 80 et compte plusieurs institutions et équipes qui l’utilisent régulièrement.
Pratiquement dans chaque grande ville du pays il y a une ou plusieurs saisons de la marionnette (mais la crise, et les très mauvais choix de certains ministres de la culture et de l’économie sont en train de tuer littéralement la culture et les spectacles de marionnette .

On ne compte pas les festivals nationaux et internationaux qui ont lieu principalement de mai à octobre.
L’ATF est l’association des professionnels de la marionnette. Les amateurs sont divisées dans deux associations nationales spécialisées. Les marionnettistes forains ont leur associations et leur lois…

Fondé en 1980 par la grande marionnettiste italienne Maria Signorelli, le Centre Unima Italie a son siège à Rome. Après une très longue période plus que difficile, le Centre national, est depuis quelques années très actif et propose de nombreuse activités de promotion de l’art de la marionnette.

La tradition

Historiquement, il existe trois grandes techniques de manipulation dans la péninsule italienne ; les marionnettes à gaine (principalement dans le nord, Rome et Naples), les marionnettes à fils dans le nord et en Sicile, et enfin les marionnettes à tringle dans le sud du pays et en particulier en Sicile.
Pour avoir une idée du succès qu’ont eu et qu’ont les marionnettes, il ne faut pas oublier que de la frontière française à l’actuelle frontière avec le Slovénie, en seulement quatre siècles, il y a eu une tradition de marionnette tous les 50/70 km. Turin avec Gianduja, Milano avec Gérolamo, Bergame et Brescia avec Gioppino, Parme avec Bargnocla, Reggio Emilia avec Fagiolino, Modène avec Sandrone, Bologne avec le Docteur Balanzone et bien d’autre encore, sans oublier Pantalone à Venise. Quand on arrive à Naples il vient immédiatement à la mémoire un seul nom., c’est celui de Pulcinella, mais là encore dans le sud du pays, les traditions populaires de la marionnette sont très nombreuses et très présentes, aussi bien au près du public que des artistes. Le « pupariste » Mimmo Cuticchio de Palerme et du Bruno Léone le « guarattelllariste » sont parmi les grandes figures de la marionnette traditionnelle d’aujourd’hui. Ils se distinguent car il font vivre et évoluer leur tradition. Attention, ils sont très nombreux les artistes de qualité qui continue les différentes traditions, mais si vous les cherchez, vous n’avez qu’à nous interpeller…
Mais avant de finir ce petit chapitre, il n’est pas possible de ne pas mentionner l’excellente compagnie historique des Colla de Milan, qui sont un vrai et extraordinaire musée vivant de la marionnette à fils.
 

La modernité

Vu le poids de la tradition et les espaces limités qui sont à disposition, sans oublier que les programmateurs ne brillent pas pour leur gout du risque, la création contemporaine et expérimentale en marionnette est très limité en Italie. C’est presque un miracle si la Compagnie Gioco Vita de Plaisance a pu et su renouveler la technique des ombres et devenir une référence mondiale. Quand à la compagnie italo-française StultiferaNavis, elle a du passer la frontière pour pouvoir continuer ses travaux de recherches. Si il y a un artiste en Italie qui actuellement propose des œuvres très singulières mais très profondes c’est bien le florentin Sandro Libertini.


Les centres de formations aux métiers de la marionnette

Dans le temps, il y a eu plusieurs expériences de formations aux métiers de la marionnette. Nous sommes passés des stages plus ou moins épisodiques, à des formations régionales en particulier en Emilie-Romagne et en Campanie. Le grand artiste Mimmo Cuticchio est très engagé dans la création d’un projet de formation à Rome et en Sicile. Si maintenant dans les divers écoles d’art dramatique du pays une formation à la marionnette est assurée, on est très loin d’y trouver une formation de haut niveau, ni de couvrir les besoins des théâtres et les demandes jeunes.

L’art au féminin

Si les hommes du métier restent très traditionnalistes, les femmes sont de plus en plus consciente de leur rôle et de leur capacité. En 2005 le centre Unima-Italie avait jeté un premier coup de projecteur sur ces créatrice, mais c’est après le colloque de Bergame, de 2009, que l’attention c’est portée sur elles et sur leur originalité théâtrale. On compte maintenant plus de 60 compagnies au féminin.

Les chercheurs

La grande professeur de la marionnette du Madame Maria Signorelli, pour qui dans les années 70-80, l’université des arts du spectacle de Bologne, n’hésita pas à créer une chaire pour elle. Maintenant on compte une bonne quarantaine de chercheurs, historiens et théoriciens de la marionnette, souvent reliés au monde de l’université, ils arrivent difficilement à publier leur travaux et études. Le professeur Alfonso Cipolla de Turin, avec son collègue et ami Giovanni Moretti ont dut se lancer dans l’édition pour arriver à être publié.

Les bibliothèques et les centres de documentation

Les bibliothèques publiques ou privées qui ont des fonds sur les marionnettes sont près d’une quinzaine. Les centres de documentation ne manque pas surtout dans le centre nord du pays, mais ils sont tous en très grandes difficultés.

Les artistes et les arts de la marionnette

Que se soit le scénographe et illustrateur Emanuele Luzzati ou le poète Guido Ceronetti ils sont nombreux les artistes des autres arts qui s’intéressent à la marionnette. Ils méritent un numéro spécial de Info M que nous publierons dans quelques temps.

Les musées et les collections

On ne compte pas le nombre impressionnant de musées et collections publiques et privées. Du très fameux MIM de Palerme à l’IBMTP de Grugliasco près de Turin, en passant par le Musée de Parme ou celui de Tortone.
 

Albert Bagno